Les cosmologies de Platon et d’Aristote

Cours donné en licence Sciences et Humanités,
module Systèmes du Monde, semestre 1.

Issu d’un précédent cours assuré par I. Koch.

Résumé

Platon et d’Aristote ont inséré les travaux des astronomes de leur temps dans des systèmes philosophiques qui embrassent toutes choses. Nous partons de l’opposition philosophique entre les éléates et les héraclitéens, qui nous permet de formuler une problématique à laquelle à la fois Platon et Aristote devront répondre:

Comment peut-on construire un savoir scientifique, donc stable, à propos de réalités sensibles qui sont en perpétuel changement?

La solution de Platon passe par sa “théorie des Idées”, sa classification hiérarchique des êtres et des connaissances, et leur application dans l’élaboration d’une cosmologie (analyse détaillée du Timée). C’est l’occasion d’expliciter les références mathématiques de Platon, et d’interroger le rapport de sa cosmologie au pythagorisme. Des séances sonts réservées à la théorie des polygones et polyèdres réguliers, et à leurs propriétés de symétrie, et à l’usage par Platon des médiétés pythagoriciennes.

La solution d’Aristote passe par une analyse générale de la notion de changement (metabole), qui s’articule avec sa métaphysique. Nous passons en revue les distinctions fondamentales de la théorie aristotélicienne du mouvement: génération/corruption/altération/agrandissement/réduction/translation, mouvement naturel et violent, puissance et acte, mouvement (kinesis) et activité (energeia), etc. Nous montrons comment, dans le Traité du Ciel, Aristote se sert de ces distinctions pour démontrer a priori que le cosmos est fini, unique, sphérique, et partagé en deux régions aux propriétés radicalement opposées.

Quelques documents